Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour une opération mains propres de notre vie politique !

Publié le 7 Juillet 2014 par Noubar KECHICHIAN in Point de vue

ECH21302077_1.jpg

Depuis la décision historique d'invalidation par le Conseil Constitutionnel, nous avions cru que les comptes de campagnes de N. Sarkozy avaiant simplement été sousestimés de 400 000 €.

 

Beaucoup ont pensé que ce n'était pas si grave et que c'était pour la bonne cause. Certains ont même mis la main à la poche pour aider à éponger cette dette. Il reste encore de braves gens dans notre beau pays !

 

Mais comment rester calme et ne pas exploser de colère face aux flots d'informations choquantes rendues publiques concernant la gestion de l'UMP ? Bygmalion, fausses facturations, manifestations, réunions et formations imaginaires, surfacturations, prêts secrets, etc, etc... Cette gestion calamiteuse a mené l'UMP à creuser une dette de 80 millions d'euros ! Et pendant que le parti coulait, certains menaient un bon train de vie : Rémunération de "Conseiller" à 8500 euros brut pour Geoffroy Didier, 24000 euros de billets d'avion pour Mme Copé... Comment ne pas imaginer d'autres abus ?

 

C'est une image catastrophique qu'envoie ce parti politique, car cette mauvaise gestion (laissons à l'enquête judiciaire le soin de dire si elle est frauduleuse) concerne aussi l'argent des contribuables. D'autre part, comment un parti qui cumule 80 millions d'euros peut prétendre correctement dériger la France ? Ou bien comment un candidat à la Présidence de la République qui ne contrôle pas ses comptes de campagne peut-il prétendre pouvoir contrôler les finances de notre pays ?

 

Les très graves turbulences que traverse l'UMP sont inquiétantes pour notre démocratie. L'affaiblissement du premier parti d'opposition gouvernementale est une très mauvaise nouvelle au moment où le pays traverse une profonde crise morale et économique. Alors qu'elle devrait jouer le rôle de garde-fou, de critique mais aussi de force de proposition, la disparition de l'opposition des radars politiques laisse le champ libre à une majorité de gauche déboussolée. On notera que celle-ci reste particulièrement discrète étant dans une moindre mesure aussi touchée par des affaires (Cahuzac, Fédération du Nord, Marseille...).

 

Si nous ne voulons pas que cette situation profite aux extrèmes, il me semble que le corps politique dans sa globalité devrait profiter de la situation créée pour tourner définitivement le dos à des pratiques indignes d'une grande démocratie. Des lois plus restrictives devraient être proposées et votées et des contrôles strictes devraient être prévues concernant le fonctionnement des partis politiques et leur utilisation de l'argent public. Il est temps de nous inspirer de la sobriété et de la simplicité de l'organisation de certains pays d'Europe du Nord.

 

Dans ce combat, les militants de la base des partis politiques doivent prendre le pouvoir et imposer à leurs dirigeants cette opération mains propres. Si au contraire, c'est le réflexe partisan et la défense aveugle de leur clocher qui l'emporte, si ces militants mettent la défense de dirigeants véreux et de leur appareil politique avant les intérêts supérieurs de la France, alors il ne faudra pas nous étonner de la réponse cinglante que la France profonde leur enverra à travers les prochaines consultations électorales.

Commenter cet article