Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Municipalisation de la régie d'eau potable

Publié le 29 Janvier 2013 par Noubar KECHICHIAN in Valence

Valence-chateau-deau-0031.jpgM. le Maire, chers collègues,

 

J’ai longtemps hésité sur cette délibération. Privée ou publique, je n’ai pas d’apriori sur la régie de l’eau potable. Ce qui m’importe, c’est la qualité du service rendu aux Valentinois.

 

Je suis en général un partisan de l’externalisation des nos services municipaux. Une municipalité doit se recentrer sur son cœur de métier  et faire appel à des professionnels pour offrir le meilleur service à ses concitoyens.

 

J’aurai pu faire une exception sur la question de l’eau. L’eau est un bien commun et nous pourrions comprendre qu’elle ne devrait pas faire l’objet d’une marchandisation. L’eau est un bien public et pourquoi sa gestion ne serait pas publique ?

 

Plusieurs raisons pourraient nous convaincre :

 

La maitrise de l’eau est stratégique et  indispensable pour le développement et la gestion de l’urbanisme.

 

La régie de l’eau est aussi un enjeu environnemental  et nous impose d’éviter les déséquilibres par une politique de prélèvement différenciée, et limiter le gaspillage et les pertes par une amélioration du réseau de distribution.

 

La captation, le traitement et la distribution de l’eau nous renvoient  aussi vers des questions de santé et de sécurité publiques. Le service public doit entre autres veiller à la qualité de l’eau, au contrôle des produits de traitement,  ou à supprimer les canalisations au plomb.

 

Enfin pour Valence, la taille et l’organisation administrative de nos services permettraient facilement d’intégrer les agents nécessaires au bon fonctionnement de ce service.

 

Ceci dit, si nous sommes au regret de constater que certains prestataires à qui ces missions étaient confiées n’ont pas toujours joué la carte de la plus grande transparence, il convient aussi de reconnaitre qu’à Valence, le contrat de délégation du service de l’eau potable fonctionnait jusqu’aujourd’hui plutôt bien : La qualité de l’eau et le tarif inférieur aux moyennes nationales en sont la preuve.

 

Vous voulez changer cette organisation : C’est une lourde responsabilité. Et pour conserver ce service de qualité, je vous invite à être pragmatiques et professionnels plutôt que démagogues et idéologues.

 

Je suis choqué par votre attitude agressive envers les propriétaires de piscines et par votre communication particulièrement maladroite, les stigmatisant et les menaçant d’une tarification dite de luxe. Et je suis aussi inquiet sur votre volonté d’établir une facturation solidaire. Une tarification trop faible serait doublement inefficace : le faible coût de l’eau n’inciterait pas les consommateurs à l’économie et cela diminuerait les recettes, pénalisant les investissements pour améliorer sa gestion.

 

Oui l’eau est précieuse et il faut la protéger et l’économiser. Oui, il faudra renforcer les campagnes de sensibilisation de nos concitoyens sur ce sujet. Il faut toutefois savoir raison garder : Je souhaite vous rappeler qu’il tombe en France chaque année 440 milliards de mètres cubes d’eau, desquels s’évaporent 60%, ce qui en laisse tout de même 80,000 litres d’eau par Français et par jour.

 

M. le Maire, sur cette question, je suis opposé à toute ségrégation entre Valentinois. Je vous propose d’instaurer une tarification unique, équitable et incitative pour tous les Valentinois : Une tarification progressive avec un prix bas pour ceux qui consomment peu et un prix de plus en plus élevé pour ceux qui consomment plus. Ainsi ceux qui souhaiteront payer peu économiseront l’eau et ceux qui souhaiteront consommer plus prendront en toute liberté leur responsabilité.

 

Je ne voterai pas cette délibération. Mon vote d'abstention sera un vote de vigilance et une recommandation de grande prudence sur cette municipalisation.

Commenter cet article

pat 25/04/2014 23:22

Aujourd'hui l'eau est le 3em secteur le plus corrompu après l'armement et le BTP ! Alors que c'est une ressource vitale pour l'humanité. Que font nos gouvernants pour moraliser tout cela, où
trempent-ils aussi dans cette corruption, ceci expliquerai cela ?
Alors que l'on voit bien que la ressource eau va finir par se raréfier.
pour info 60 millions de consommateurs teste des douchettes à économie d'eau et préconise la pose de matériel d'économie d'eau sur les robinets et WC.
L'étude montre qu'une famille de 4 personnes peut réduire de 30% sa facture d'eau (de 150 m3 /an à 100 m3) soit 50 m3 d'économie d'eau par an, tout en gardant le même confort.
Il est indiqué que ces matériels d'économie d'eau permettent au final une économie entre 217 et 267 € /an ce qui représente 45% de la facture d'eau (30% d'économie pour l'eau et 15% supplémentaire
sur l'énergie).
plus d'infos sur http://www.activeau.fr/test_60_millions_de_consommateurs.htm

julosjuju 02/02/2013 19:58

Pour moi, la discrimination s'observe plutôt entre les habitants des villes dont la gestion de l'eau est confiée à un opérateur privé et les autres : d'après une étude de 2006, les
utilisateurs des services gérés par les opérateurs privés paient en moyenne 16% de plus pour l’eau que s’ils avaient affaire à des opérateurs publics (source :
http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/Water-makes-money/3752030,CmC=3774332.html).
On ne peut pas parler de discrimination à partir du moment où le tarif de l'eau est le même pour tous pour les usages de base, et où c'est seulement l'utilisation « de confort » qui est
surtaxée.
Il ne s'agit même pas d'une question d'équité financière (pour cela il faudrait instaurer un tarif de base progressif en fonction du revenu), mais seulement de disponibilité des réserves.
Malheureusement tout le monde ne peut pas avoir de piscine privée ou alors il n'y aura plus d'eau.

Noubar Kechichian 01/02/2013 22:18

Faut pas rêver trop fort ! Je ne voterai jamais un tarif qui crée une trop grande discrimination entre Valentinois !

julosjuju 31/01/2013 07:31

Dégressivité du tarif de l'eau : les idées des antiproductivistes font leur chemin !

http://ecorev.org/spip.php?article585