Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le génocide arménien de 1915

Publié le 8 Avril 2013 par Noubar KECHICHIAN

A partir du XIXème siècle, le déclin de l'Empire Ottoman va être à l'origine d'une nouvelle idéologie : le Pantourannisme, l'alliance de tous les peuples d'origine turc ou turcophones, des Balkans aux frontières de la Chine.

 

carte-armenien.gif

 

Les Arméniens, qui depuis plus de vingt-sept siècles vivent sur leurs terres, subissent depuis cinq siècles le joug ottoman. Au début du XXème siècle, Ils sont près de 2,3 millions dans l'Empire Ottoman et y jouent un rôle économique et intellectuel de premier plan. Ils sont de ce fait et par leur existence même considérés comme un obstacle à la réalisation du projet panturquiste.

 

Cette situation va donner naissance au projet d'extermination des Arméniens que les dirigeants "jeunes-turcs" vont planifier et perpetrer durant la première guerre mondiale.

 

Le Plan :

 

24 avril 1915 : Plus de 2300 intellectuels, dirigeants, élus et pretres sont arrêtés et exécutés dans tout l'Empire (dont quelque 600 à constantinople). Le pouvoir turc frappe l'intelligentsia arménienne pour limiter les réactions d'un peuple déjà affaibli.

 

Les hommes mobilisés dans l'armée impériale depuis quelques mois sont désarmés et exécutés par petits groupes.

 

Dans les provinces orientales, l'opération se déroule en tous lieux de la même manière. Les séquences suivantes se produisent systématiquement dans les villes et les bourgs :

  • perquisitions dans les maisons des notables civils et religieux ;
  • arrestation de ces notables ;
  • tortures pour leur faire avouer un prétendu complot et des caches d'armes ;
  • déportation et exécution des prisonniers à proximité de la ville ;
  • publication d'un avis de déportation ;
  • séparation des hommes qui, liés par petits groupes, sont exécutés dans les environs de la ville ;
  • évacuation de la totalité de la population arménienne répartie en convois de femmes, d'enfants et de personnes âgées qui quittent la ville à intervalles réguliers, à pied, avec un maigre bagage ;
  • enlèvement dans le convoi de femmes et d'enfants conduits dans des foyers musulmans turcs,kurdes ou arabes;
  • décimation régulière des convois par les gendarmes chargés de les escorter, des bandes kurdes ou des miliciens recrutés à cette fin.

genozid1.jpg genozid3.jpg

 

 

carte-deportation.jpgDans le reste de l'empire, le programme prend les formes d'une déportation, conduite par chemin de fer sur une partie du parcours, les familles restant parfois réunies. Les convois de déportés (environ 870 000 personnes) convergent vers Alep, en Syrie, et sont répartis selon deux axes :

       - Au sud, vers la Syrie, le Liban et la Palestine où une partie survivra ; 

     - A l'est, le long de l'Euphrate, où des camps de concentration, véritables mouroirs, sont improvisés.

 

Les déportés sont peu à peu poussés vers Deir ez-Zor. Là, en juillet 1916, ils sont envoyés dans les déserts de Mésopotamie où ils sont tués par petits groupes ou meurent de soif...

 

Le Bilan : Entre 1915 et 1918, près des 2/3 de la population arménienne de l'Empire Ottoman fut victime de ce génocide. 1 500 000 Arméniens furent tués ou enlevés et convertis de force.

 

Des milliers de photographies, de documents et de témoignanges, des rapports de missionnaires et d'Ambassadeurs, des travaux de centaines d'historiens et d'universitaires ont fait la preuve que l'extermination des Arméniens en 1915 est un génocide.

 

armenia5 geno41.jpg

 

8.jpg photo-genocide-armenien.jpg

 

98 ans après ce crime, les Gouvernements turcs successifs continuent à nier la vérité historique, maintiennent le peuple turc dans le mensonge d'état, et refusent de reconnaître et de réparer ce premier crime contre l'Humanité du XXèmpe siècle.

Commenter cet article